Activation du méthane (AM)

Submitted by site_lcgn on Wed, 06/19/2019 - 13:35

Chef d’équipe :

CHERIFI Ouiza, Professeur, Directeur de Recherches 
Contact :ouizac@yahoo.fr

Composante Humaine :

Nom & Prénom

Sexe

<Age

Dernier diplôme

Grade

Spécialité

Structure de rattachement

BELHADI Akila

F

56

Doctorat d’Etat

M.C.A.

Chimie organique appliquée

U.S.T.H.B.

KOUACHI Kahina

F

 

Doctorat

M.C.B

Chimie organique appliquée

Univ. BEJAIA

TAHIR Nadia

F

34

Magister

Doctorante

Chimie organique appliquée

U.S.T.H.B.

AOUDJIT Farid

M

 

Magister

Doctorante

Chimie organique appliquée

U.S.T.H.B.

BOUDJEMAA Amel

F

33

Magister

Docteur

Chimie organique appliquée

CRAPC.

BOUMAZA Souhila

F

32

Magister

Doctorante

Chimie organique appliquée

CRAPC.

KHEFFACHE Ouezna

F

31

Magister

Doctorante

Chimie organique appliquée

USTHB

HADJALI Nadhir

M

27

DES

1ere P.G.

Chimie organique appliquée

U.S.T.H.B.

 

 

Thème de recherche :

Les contraintes actuelles en matière d’environnement et la nécessité de diversifier les sources d’énergie fossile, impliquent les réactions d’activation catalytique des composantes du gaz naturel. C’est aussi l’une des possibilités de minimiser les émissions des gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone et le méthane, responsables du réchauffement climatique. L’un des procédés le plus utilisé est le reformage sec du méthane. Il s’agit d’une réaction catalytique entre ces deux gaz, en présence de catalyseurs à base de métaux du groupe VIII, dont les plus actifs sont le ruthénium, le rhodium, et le nickel. Les catalyseurs les plus utilisés pour cette réaction, ceux sont à base de nickel, en raison de leur activité catalytique, leur stabilité et leur faible coût. 
Lors de cette réaction, il se forme le gaz de synthèse (mélange de monoxyde de carbone (CO) et dihydrogène (H2) : CH4 + CO2   ↔ CO + 2H2  (1) Le problème majeur posé par cette réaction est la formation de carbone qui se dépose sous forme de coke et encrasse les réacteurs. Le défi à relever consiste à obtenir des matériaux catalytiques capables de minimiser, voir de totalement supprimer le cokage.